Édito

 

« Nous sommes toujours là
et possédons de grands rêves,
comme amener le loup à jouer
de la guitare dans un bal annuel. »

 

Mahmoud Darwich

 

 

Élisabeth Saint Blancat, à la tête du Théâtre des Clochards Célestes depuis trente et un ans, m’a chargée de poursuivre son travail, elle qui, avec passion, a su découvrir tant d’artistes, et les accompagner avec rigueur et conviction. Une mission forte de sens pour moi, jeune metteure en scène, dans un lieu chargé d’histoire, ancré dans un quartier dynamique et complexe, et ouvert sur sa diversité.

 

Investir le Théâtre des Clochards Célestes, c’est affirmer la nécessité de la culture comme un bien commun. Pour que ce théâtre soit un lieu de conviction, un espace où les idées s’expriment et se partagent. Venir au théâtre, c’est écouter, parler, échanger, rire, s’émouvoir, se révolter. L’enthousiasme du public nous donne du courage, ces hommes et femmes qui prennent le chemin de la Croix-Rousse pour partager ensemble un moment de théâtre.

 

Nous pensons le Théâtre des Clochards Célestes comme une maison à construire avec et pour eux. Ainsi nous pourrons défendre les jeunes artistes qui font le théâtre d’aujourd’hui. Une Scène Découvertes est un lieu de pari et d’engagement, qui donne la possibilité à de jeunes créateurs d’expérimenter et de présenter leur travail. Pour cette première programmation, j’ai cherché des artistes exigeants et audacieux, qui se mettent au défi de réinterroger le monde et le plateau.

 

J’ai voulu, entre autres, que le Théâtre des Clochards Célestes accompagne dans leur processus de création cinq des vingt-six compagnies accueillies, en les associant à la vie du théâtre. Nous leur offrirons l’espace et le temps nécessaires à la rêverie et à la fabrique d’un langage qui leur soit propre.

 

Dans ce lieu au nom qui fait écho à un monde épris de liberté, d’amitié, de non conformisme, nous allons ensemble, dans un esprit de confrontation et non de compétition, faire le théâtre que nous voulons partager.

 

Louise Vignaud.